Vache au salon de international de l'agriculture

Encore dans l’incertitude concernant les prochaines restrictions sanitaires, les organisateurs du Salon de l’Agriculture 2022 déclarent tout de même vouloir maintenir l’évènement, annulé l’an passé pour la première fois en 58 ans. Malgré l’incertitude, les affaires continuent et l’engagement des professionnels ne faiblit pas. Une bonne nouvelle, notamment pour la nouvelle génération d’agriculteurs, désireux de pouvoir déjà mettre en avant leur savoir-faire et leur vision du métier.

Le rassemblement annuel des agriculteurs de France aura-t-il lieu ?

Chaque année le Salon International de l’Agriculture réunit les commerçants, exposants, artisans et agriculteurs du monde entier pour faire découvrir aux visiteurs leurs produits et leurs animaux. Ayant déjà subi une annulation en 2021, à cause de la crise sanitaire, les professionnels et les organisateurs du Salon retiennent désormais leur souffle. Ces derniers, déclarant vouloir maintenir l’évènement, restent toutefois dépendants des décisions gouvernementales. Malgré cette incertitude, l’organisation du Salon se poursuit et les exposants s’engagent, dans l’espoir de voir les portes de Paris Expo s’ouvrir du 26 février au 6 mars 2022 et tous les jours de 9h à 19h.

Le Salon International de l’Agriculture c’est plus de 1000 exposants, 4,5 millions de personnes touchées sur les réseaux sociaux, 22 pays représentés, 33 400 visiteurs professionnels et plus de 600 000 visiteurs particuliers. Avec de tels chiffres, on comprend aisément pourquoi les organisateurs et agriculteurs tiennent tant à ce que l’évènement soit maintenu ! Chaque année, le SIA est l’occasion pour eux de faire découvrir leurs produits et leur élevage aux visiteurs, désireux d’en apprendre plus sur le métier d’agriculteur, de découvrir de nouvelles saveurs et d’échanger avec les exposants, le tout dans une ambiance festive et bon enfant.

Quatre univers sont représentés sur le Salon :

  • Les produits des régions de France, d’outre-mer et du monde,
  • L’élevage et ses filières,
  • Les services et métiers de l’agriculture,
  • Les cultures et filières végétales, jardin et potager.

À travers les différents halls du SIA, les visiteurs peuvent ainsi se renseigner notamment sur la fabrication des produits et la mise en place des différentes cultures. Culture céréalière, fourragère, maraîchère, fruitière, de raisins, de baies ou de cotons, certains sites proposent un large choix de semences en ligne pour faciliter le travail des agriculteurs.

Concours des jeunes professionnels : une nouvelle génération d’agriculteurs

Le Salon International de l’Agriculture est également connu pour le Concours Général Agricole. Produits du terroir, vins et présentation d’animaux, les commerçants, artisans et agriculteurs souhaitent montrer le fruit de leur travail pour tenter d’obtenir un trophée ou une médaille. Au Concours Général Agricole, les animaux ont aussi leur place. Les agriculteurs volontaires défilent chaque année, les uns après les autres sur la piste, pour montrer avec fierté leurs plus beaux spécimens et effectuer une présentation professionnelle. Parmi les représentants, on compte de nombreux lycéens, nouvelle génération d’agriculteurs français. À travers le Concours Général Agricole des Jeunes Professionnels, les plus jeunes peuvent ainsi montrer leur savoir-faire et participer à l’évènement national, source de reconnaissance personnelle et d’engagement de la part des établissements concernés.

Le trophée du CJAJ sera attribué aux jeunes agriculteurs, récemment installés, ou aux élèves de l’enseignement agricole ayant entre 15 et 25 ans. Ils sont jugés sur leur aptitude au pointage des animaux et sur l’appréciation morphologique des animaux de catégorie bovine, caprine, équine ou ovine. Les objectifs de ce concours sont multiples, à savoir :

  • Sensibiliser les jeunes à l’importance de l’appréciation morphologique de leurs animaux. Un élément essentiel pour leur futur travail d’éleveur, qui les amènera à devoir sélectionner régulièrement les meilleurs spécimens. La qualité de leur travail ainsi que leurs revenus dépendront en partie de cette faculté.
  • Aider les jeunes à prendre confiance en eux, reconnaître le travail accompli et le savoir-faire des jeunes et des établissements scolaires.
  • Soutenir les formations professionnelles effectuées par les établissements d’enseignement agricole ainsi que les instituts techniques et les établissements départementaux de l’élevage.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.