L'agriculture et ses fôrets

Alors que l’Office national des forêts (ONF) traverse une grave crise suite au départ de son président, il est judicieux de rappeler le rôle majeur que jouent ces écosystèmes. Entre terres agricoles et forêts, la lutte a souvent fait rage. Pourtant, le monde de l’agriculture a également pris conscience, petit à petit de l’usage bénéfique qu’il pouvait faire de ces forêts.

Améliorer la qualité des sols

La présence d’une forêt à une courte distance d’une exploitation agricole présente de nombreux avantages pour celui qui la gère, notamment en termes de qualité du sol. Effectivement, la présence de cet écosystème important et fécond participe à nourrir le sol et à en augmenter la qualité générale.

Dans le cadre d’une monoculture intensive, c’est donc un avantage important. De même, les arbres, avec leurs racines, participent à l’équilibre du sol et à la solidité de celui-ci. Ainsi, la présence d’une forêt au-dessus d’un village ou d’une exploitation agricole réduira considérablement les risques d’écoulement de terrain. Les racines des arbres retiendront le sol et augmenteront sa stabilité.

Diminuer la pollution

Les forêts sont importantes pour diminuer la pollution et c’est une des raisons pour lesquelles l’investissement groupement forestier a été mis en place. Grâce à lui, les particuliers de tous horizons ont pu investir une partie de leur argent dans le budget que l’état met en place pour développer et entretenir les forêts, en échange d’une défiscalisation importante.

Cependant, il ne faut pas croire que cette dépollution permise par les forêts ne profite au pays que d’une manière générale ou à ceux qui ont les moyens de réaliser ces investissements. La dépollution de l’air, notamment dans les campagnes et un enjeu majeur pour la survie de certaines espèces, notamment d’oiseaux et de plantes qui participent activement à la régulation de certains parasites dangereux pour l’agriculture.

Comment aider les forêts ?

Les forêts sont donc très importantes, même pour ceux qui pourraient parfois y voir un obstacle au bon développement de leur activité agricole. Malgré cela, elles sont constamment menacées par l’urbanisation, le développement continu et massif d’une monoculture irréfléchie et par une gestion de plus en plus difficile par l’ONF.

Suite à de nombreuses coupes budgétaires, la préservation des forêts compte désormais de plus en plus sur la participation des citoyens. Un investissement forestier est donc une très bonne manière de venir en aide aux forêts françaises, mais il en existe d’autres pour ceux qui n’ont pas les moyens. Renseignez-vous auprès de l’ONF pour avoir plus de détails.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *