Vaches laitieres

Entre 2016 et 2020, la France a perdu plus de 250 000 vaches laitières, soit une baisse de 6,2 % en quatre ans. Une baisse qui semble s’accélérer puisqu’elle a atteint les 2 % entre 2019 et 2020. Une telle diminution du nombre de bêtes a de quoi surprendre, mais il s’explique surtout par une mauvaise rentabilité des exploitations laitières. Enfin, les difficultés à trouver des financements pour reprendre ou lancer une exploitation ont également participé.

Les exploitations laitières ont du mal à se financer

La diminution du nombre de vaches laitières en France s’explique par plusieurs facteurs qui travaillent ensemble. Le premier, c’est évidemment la diminution du nombre de nouvelles activités ou de reprises d’activité. Le travail des agriculteurs n’attire plus grand monde et les financements sont difficiles à trouver pour ceux qui le souhaiteraient.

Ensuite, on constate également une diminution du nombre de bêtes dans certains cheptels. L’immense majorité des agriculteurs est obligée de s’endetter pour faire fonctionner son activité. Heureusement, des services comme Moneybanker.fr leur permettent de débloquer rapidement et à moindres frais des fonds pour sauver leurs activités. Néanmoins, une telle situation encourage évidemment les agriculteurs à réduire leurs coûts, et donc le nombre de bêtes.

Les problèmes de rentabilité pèsent sur les agriculteurs

Ce n’est plus un secret pour personne que les agriculteurs et tout le secteur de l’agriculture souffrent énormément depuis plusieurs années. La rentabilité des exploitations est désastreuse et les suicides chez les agriculteurs sont parmi les plus élevés en France. Le secteur de la production laitière est particulièrement concerné.

Pourtant, la consommation de lait en France ne cesse d’augmenter et les ventes se portent très bien, même en pleine crise du coronavirus. Pour expliquer le problème de rentabilité, il faut évidemment se tourner vers les coûts, mais aussi vers le prix de vente. On se souvient alors des scandales qui entouraient le géant du lait français Lactalis dont le PDG refusait d’acheter le lait des agriculteurs à un prix qui leur permettrait au moins de se rembourser.

Même les plus grandes exploitations peinent de plus en plus

La situation des producteurs de lait a donc toujours été difficile, mais les grandes exploitations industrielles s’en sortaient jusqu’à présent plutôt bien. Or, la récente diminution du nombre de bêtes en France commence également à les toucher.

La quasi-totalité de ces exploitations ne parvient plus à s’agrandir. Le nombre de bêtes n’augmentant plus, il ne peut plus compenser la diminution des autres exploitations. Surtout, ces exploitations géantes commencent aussi à diminuer leur nombre de bêtes pour conserver leur rentabilité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *