La maladie de conservation des pommes

La pomme représente certainement le fruit le plus populaire chez les Français. Elle se déguste naturellement en croquant directement dedans ou bien de manière cuisinée dans des préparations sucrées ou salées. Ses nombreuses variétés et saveurs offrent des bienfaits nutritionnels certains. Pourtant, notre fruit préféré n’échappe pas à la maladie de conservation.

Manger des pommes, c’est bon pour la santé

Les pommes sont connues pour leurs délicieuses saveurs diverses et variées mais aussi pour leurs bienfaits comme étant riches en antioxydants et en fibres. Il est possible de manger des pommes toute l’année même si la pleine saison s’étend de septembre à mai.

On compte pas moins d’une trentaine de variétés de pommes parmi lesquelles nous pouvons citer la Golden (jaune et sucrée), la Gala (bicolore tirant plus sur le rouge, très croquante) ou encore la Granny (verte et acidulée).

Une bonne pomme est ferme avec une peau bien lisse. D’ailleurs, il est intéressant de savoir que c’est la peau de la pomme qui contient le plus de vitamine C en comparaison au fruit lui-même. C’est pourquoi il faut toujours bien rincer une pomme avant de la manger, avec sa peau.

La maladie de conservation des pommes : c’est quoi ?

La maladie de conservation des pommes, aussi appelée gloeosporiose, touche tous les fruits à pépins comme la pomme ou la poire, par exemple. Tout commence dans la verger en saison des pluies mais la maladie n’est visible que lorsque le fruit a atteint un certain stade de maturité.

C’est l’arbre, le pommier, qui est touché par des agents bactériens qui, par l’intermédiaire de l’eau de pluie, s’attaquent aux pommes sur lesquelles va se déposer un champignon non visible à l’oeil nu qui infectera les fruits. Ce champignon laissera apparaître des traces de pourriture sur la peau du fruit ayant un impact direct sur la conservation de la pomme qui sera beaucoup plus courte qu’elle ne devait l’être à l’origine.

Après la récolte des pommes, la maladie de conservation peut être prévenue grâce à des fongicides appliqués soit directement sur les pommiers soit directement sur les pommes.

À noter que cette méthode doit être employée avec précaution pour des raisons de toxicité.

Sinon, il est possible d’utiliser une levure pour traiter les pommes après qu’elles aient été récoltées. On peut aussi penser à traiter le verger un mois avant la récolte avec un osmoprotecteur composé de glycine-bétaïne purifiée sans effet nocif.

Quoi qu’il en soit, la récolte, le stockage et le traitement des pommes sont très importants pour éviter toute maladie.

Quelques astuces pour améliorer la conservation des pommes

La cueillette est une étape déterminante pour la bonne ou mauvaise conservation des pommes. Les fruits tombés par terre sont fragilisés et sont donc moins susceptibles d’être bien ou longuement conservés. Toutefois, vous pouvez les consommer rapidement en les préparant en clafoutis, en confiture, en crumble ou en compote, par exemple.

Le mieux étant de cueillir le fruits directement dans le pommier et ce, avec délicatesse. Pour savoir si une pomme est prête à être cueillie, il suffit de la faire tourner d’un quart de tour sur sa queue et si elle se détache, c’est bon signe pour la cueillir. Si les pommes tombées par terre sont fragiles, vous devez donc faire attention en les cueillant et veiller à les disposer dans votre panier avec délicatesse.

Il ne faut pas non plus négliger le stockage et la conservation des pommes, que vous les ayez cueillies directement du pommier ou achetées en magasin. Pensez à disposer les pommes éloignées les unes des autres pour qu’elles n’aient aucun contact entre elles et que l’air ne soit pas coincé et puisse circuler correctement. Idéalement, elles doivent être protégées de toute source de lumière, d’humidité et doivent être placées dans une pièce à une température de huit à dix degrés celsius (par exemple, un garage fera l’affaire).

L’intérêt de laisser de l’espace entre les pommes est de pouvoir contrôler celles qui commencent à laisser apparaître des signes de faiblesse comme des tâches ou des colorations anormales. Ainsi, vous pourrez séparer les bonnes des mauvaises pommes pour améliorer leur conservation.

Le saviez-vous ?

On date l’apparition de la pomme à environ quatre-vingt millions d’années dans l’Ouest de la Chine. Elle n’arrivera que plus tard en Europe.

Les pommes laisse échapper de l’éthylène. Ce gaz est accélère la maturation des fruits alors si vous mettez une pomme près de vos avocats, ils seront mûrs plus vite.

C’est au printemps que se déroule la floraison et c’est grâce aux abeilles (insectes pollinisateurs) que cette floraison donne lieu à la fructification. Sans les abeilles, les pommes ne peuvent pas prendre vie.

Les expressions autour de la pomme ne manquent pas comme tomber dans les pommes (perdre connaissance) ou encore être haut comme trois pommes (être petit).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *