Tracteur et machine planteuse

Lorsqu’on cultive des plantes, l’une des phases les plus importantes demeure celle du repiquage. Il s’agit de transporter un plant qui a poussé dans un lit de semence et de le replanter. Cette étape requière une vigilance particulière pour éviter le « choc de repiquage » qui nuirait fortement au rendement, puisque le plant ne sera pas productif. Quelle machine planteuse faut-il choisir ?

Pourquoi utiliser une machine planteuse ?

En 2020, il est très rare de planter ses semences à la main. En effet, les machines planteuses permettent de planter ou de procéder au repiquage en gagnant énormément de temps et d’énergie. Ce procédé nécessite une grande attention pour éviter de causer des dommages irréversibles aux plants qui ne seraient alors pas productifs. Lorsqu’on repique des plants qui ont poussé au préalable dans un lit de semence, il convient de maîtriser la distance et l’espace exact entre chaque plant pour lui assurer la meilleure croissance possible. C’est pourquoi il est indispensable d’utiliser le matériel adapté.

Ainsi, les machines planteuses s’avèrent très utiles. Ces machines agricoles permettent de disposer des plants provenant du lit de semence sans risquer le « choc de repiquage ». Elles permettent, en autres, d’ouvrir le sillon dans le sol, de mettre le plant en terre et de refermer le sillon. Concrètement, les bénéfices directs sont les suivants :

  • réussir sa phase de repiquage en maintenant les plants en position verticale
  • s’assurer d’une distance précise entre chaque plant ainsi qu’une profondeur de repiquage régulière
  • optimiser le rendement horaire et faciliter le processus global

Par ailleurs, il existe deux types de machines planteuses : les machines automatiques et les machines semi-automatiques.

Les machines automatiques

Les planteuses automatiques exigent un seul opérateur pour alimenter les plateaux à l’intérieur des guides de chargement des robots de repiquage. Puis, elles extraient des mini-mottes grâce à un système basé sur des éjecteurs cylindriques qui dépendent des pinces mobiles. Ces pinces vont alors saisir les plants et les disposer dans le distributeur intermittent. Le rendement horaire peut aller jusqu’à 10 000 plants par heure.

Les machines semi-automatiques

Tout comme les planteuses automatiques, les machines semi-automatiques sont tractées. Elles requièrent toutefois une action humaine mais sont idéales pour les petites plantes en motte. Ce sont les roues motrices caoutchoutées qui actionnent la machine. Les repiqueuses de ce type permettent d’améliorer le rendement avec un budget inférieur à celui qu’on pourrait consacrer aux machines automatiques. C’est donc une bonne alternative entre un travail entièrement manuel et une production automatisée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *