Elections Européenne

Les élections européennes se rapprochent à grands pas et les Français devront bientôt faire leur choix. Cette année, le nombre de listes n’a jamais été aussi important, elles sont 33 au total et il peut être difficile de savoir laquelle choisir. Parmi les sujets débattus entre les candidats, l’agriculture n’a pas occupé une place très remarquée. Pourtant, elle a une place centrale dans chacun des programmes. Voici donc quelques propositions formulées par différents candidats.

Vers plus de localisme ?

La plupart des candidats s’entendent sur la nécessité de protéger les agriculteurs et de leur offrir de meilleurs revenus ainsi qu’une vie plus digne. Pour le RN et LR, cela passe par davantage de protectionnisme contre les produits agricoles étrangers qui inondent nos supermarchés. Ils prônent plus de localisme, mais oublient que Lactalis, une entreprise qui achète le lait moins cher qu’il ne coûte à produire, est une entreprise 100 % française.

D’autres candidats, bien conscients de la difficulté que présente ce dilemme, proposent davantage de localisme et souhaitent encourager les consommateurs à acheter local, notamment avec une taxe kilométrique. Pour les agriculteurs et les consommateurs qui ont la chance de vivre dans une région très agricole, ce serait parfait. Cependant, tout le monde n’a pas la chance de vivre à côté de La Maison du Fromage qui produit du Pouligny St -Pierre produit localement.

La question épineuse du glyphosate

Évidemment, le problème du glyphosate s’est invité dans les débats qui ont précédé ces élections européennes. Derrière cette question difficile, se cache également la question de l’avenir des pesticides dans leur ensemble. D’ailleurs, beaucoup de candidats, d’agriculteurs et d’industriels craignent que l’interdiction du glyphosate ouvre la porte à une interdiction générale. Effectivement, le glyphosate n’est pas le seul pesticide mauvais pour la santé.

Résultat, les candidats sont assez largement divisés sur la question. Les Écologistes, la France Insoumise, le Parti Socialiste et Génération. s (le parti de Benoit Hamon), sont pour une interdiction immédiate. La République en Marche, Les Républicains et les Patriotes sont pour une interdiction datée. Enfin, le Rassemblement National, le Parti Communiste et Debout la France sont pour une interdiction sans pour autant fixer de date.

Encourager les agriculteurs qui veulent aller vers le bio

S’il y a bien une question sur laquelle tout le monde semble s’entendre, c’est la nécessité de développer du bio. Certains la présentent même comme la seule solution pour sortir des pesticides sans heurts. Pour cela, la République En Marche propose que les aides de l’Europe ne soient plus calculées en fonction des hectares occupés. Ce système favorise l’agrandissement des exploitations et donc leur impact écologique et leurs besoins en pesticides.

La France Insoumise propose de réduire la consommation de viande et de diminuer la TVA sur tous les produits bio pour encourager les consommateurs à les acheter. Une initiative qui pourrait véritablement faire du marché bio le premier marché agricole de France en quelques années seulement. Les Écologistes proposent, quant à eux, que toutes les écoles se fournissent en produits bio et locaux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *