Tracteur

Axema, le syndicat des constructeurs de matériel agricole, a annoncé une baisse des ventes de 5 % pour 2020. Les experts prévoyaient originellement une baisse de 10 à 15 %, à cause de l’épidémie mondiale du Covid-19. Les prévisions sont par conséquent moins négatives que prévues, pour le plus grand soulagement des professionnels du secteur.

Une baisse des ventes limitée

La chute des ventes a été sauvé par un regain d’achat de la part des agriculteurs dès la sortie du premier confinement, concernant les machines agricoles ou les pièces de rechanges :  fléau pour épareuse, pistons pour tracteur, etc.

Les ventes devraient se finaliser à hauteur de 5,8 milliards d’euros pour l’année 2020, soit une baisse de 5 % par rapport à 2019. Malgré la réduction de la baisse annoncée auparavant par les professionnels, 12 % des constructeurs affirment avoir considérablement souffert de la crise économie due au Covid-19.

La productivité en berne

Le président d’Axema, Frédéric Martin, tient à rappeler que l’impact du coronavirus sur le secteur des machines agricoles ne doit pas se calculer uniquement financièrement mais aussi socialement. Les entreprises ont enregistré une baisse de leur activité à hauteur de 17,5 % et 22,5 % d’entres elles ont vu le moral de leur équipe périclité.

Du côté des employés, 25 % se sentent moins investis dans les valeurs et la culture de leurs entreprises. Frédéric Martin, face à ce constat, appelle les professionnels à rassurer leurs collaborateurs pour enrayer les conséquences de la crise sur leur activité.

Des aides pour les agriculteurs

Le plan de relance économique du gouvernement entend accorder 250 millions d’euros à la filière agroéquipement, dont 135 millions dédiés exclusivement à aider les agriculteurs pour qu’ils puissent investir en matériel dans leurs entreprises. Pour Frédéric Martin, ces crédits permettront aux industriels de relancer leur productivité, mais aussi d’aider les startups qui entendent révolutionner le secteur de la machine agricole par leurs innovations.

Il reste encore à savoir si ces achats subventionnés de matériels s’ajouteront ou se substitueront aux dépenses des ETA et des Cuma prévues par les exploitants agricoles.

Des entreprises confiantes pour le futur

L’année 2021 reste quand même incertaine, le marché financier pourrait bien continuer à baisser, mais les entreprises entendent rester positives : 95 % prévoient de lancer des nouveautés sur le marché, 70 % entendent s’internationaliser, 56 % comptent investir dans plus d’actifs matériels et immatériels. Côté salariat, la tendance est plutôt positive, 55 % des entreprises désirant ouvrir de nouveaux postes.

Pour donner ces chiffres, Axema s’est basé sur les données officielles de l’Insee et de l’Agreste, sur les résultats des entreprises à partir des bilans des adhérents et des données fournies par l’enquête de conjoncture et celle annuelle réalisée en octobre 2020 auprès des entreprises spécialisées dans les machines agricoles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *