Circuit court

La vente en circuit court connaît un succès grandissant auprès des agriculteurs et des consommateurs parce qu’elle répond à beaucoup de leurs exigences communes : une rémunération plus juste des agriculteurs, une démarche écologique grâce à une diminution des kilomètres parcourus par les produits et la recréation d’un tissu social rural détruit pendant 50 ans. Alors, comment un agriculteur peut-il vendre ses produits en circuit court ?

Contacter des structures de conseil et de vente ?

Les opportunités pour un agriculteur de vendre ses produits en circuit court sont nombreuses. Il a l’opportunité de simplement contacter des coopératives spécialisées dans la question. Dans les grandes et les moyennes villes de France, de nombreux magasins qui se sont spécialisés dans la vente directe depuis le producteur ont ouvert. Il suffit d’entrer en contact avec certains d’entre eux.

Certaines structures de l’État sont également disponibles pour offrir des conseils et une aide personnalisée à chaque agriculteur. Il suffit donc de consulter le site Internet de la chambre d’agriculture de la région dans laquelle l’activité agricole se trouve.

L’opportunité de la vente en direct

Certains propriétaires d’exploitation ont bien compris l’opportunité que cette tendance représentait pour eux et ils ont commencé à vendre leurs produits en direct depuis leur ferme. Pour cela, il suffit de dégager un lieu suffisamment grand pour recevoir des clients et d’investir dans des emballages alimentaires personnalisés pour créer une identité et une marque simple et reconnaissable.

Évidemment, il faut également effectuer quelques démarches administratives. Ici encore, la chambre d’agriculture de la région guide de nombreux agriculteurs à travers ces démarches. D’ailleurs, elles ne sont pas tellement nombreuses puisqu’une exploitation agricole a déjà une existence juridique sur laquelle cette vente en direct peut s’appuyer facilement.

Une façon de combattre les méthodes de la grande distribution

Pour beaucoup d’agriculteurs, vendre leur production dans des circuits alternatifs ou directement à leurs clients depuis leur ferme, c’est l’unique solution qui leur reste pour survivre alors que leurs conditions de travail sont de plus en plus dures et qu’ils sont toujours plus rares à réussir à en vivre.

Pour d’autres, plus chanceux, c’est juste l’occasion de gagner un peu mieux leur vie et de combattre la grande distribution qui détruit dans d’exploitations et d’agriculteurs. En contournant les géants de l’alimentation, ils se réapproprient leur force de travail et maîtrisent toute la chaîne de production et de vente. Un système qui fonctionne et qui fait du bien aux agriculteurs, comme aux consommateurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *